Logo d'impression Logo RSS logo facebook

Baromètre de l’émancipation : une répartition des tâches ménagères toujours très stéréotypée

3. Baromètre de l'émancipation : une répartition des tâches ménagères toujours très stéréotypée

A l’occasion de son 20e anniversaire, Amazone, carrefour de l’égalité de genre, a lancé un baromètre de l’émancipation en collaboration avec le bureau d’étude GfK. Au départ de celui-ci, la définition de l’égalité des chances : les femmes et les hommes doivent avoir les mêmes opportunités et les mêmes droits. Cette enquête fait donc un état des lieux de ce que pensent les Belges en matière d’égalité de genre.

Les résultats montrent que si selon certain.e.s, le féminisme est superflu à l’heure actuelle, il reste pourtant encore du chemin à parcourir. Il y a donc un réel besoin du féminisme et d’un mouvement des femmes fort. Amazone développe d’ailleurs divers chantiers qui ont pour but de soutenir le mouvement des femmes et de réduire les discriminations dans la société.

Le baromètre de l’émancipation d’Amazone

Amazone, carrefour de l’égalité de genre lancé en 1995, existe depuis 20 ans. A cette occasion, l’organisation a lancé en collaboration avec GfK, bureau international d’études de marché, une enquête rassemblant 1092 répondant.e.s représentant la population belge. Le baromètre porte sur différents sujets comme l’égalité au travail, dans l’éducation et dans le ménage, mais également sur la perception des identités, le féminisme et l’émancipation.

Tâches ménagères : une répartition stéréotypée

Les résultats du baromètre montrent que les femmes réalisent toujours bien davantage de tâches ménagères que les hommes, notamment les suivantes : la lessive (92% des femmes affirment s’en occuper, contre 22% des hommes), les repas (86% de femmes contre 55% d’hommes), le ménage (84% contre 43%), ou encore la vaisselle (77% contre 65%). Le fait de s’occuper des enfants revient également plus aux femmes (58% contre 33%).

Les hommes effectuent en revanche majoritairement les petits travaux de bricolage (81% des hommes contre 22% des femmes), ils s’occupent davantage du jardin (72% des hommes contre 33% des femmes) et ils paient les factures (81% contre 66%).

La seule activité où l’on retrouve la même implication est les courses : 84% des femmes et 83% des hommes déclarent s’en occuper.

Marleen Teugels, directrice d’Amazone, déplore cette répartition, et indique qu’elle "ne provient pas du fait que les femmes seraient nées avec le gène de la vaisselle ou de la cuisine. L’explication est ailleurs. Surtout dans l’image stéréotypée qu’imposent les médias et la publicité."

Un changement générationnel

On constate toutefois une évolution : les hommes plus jeunes concourent davantage aux tâches ménagères que les plus âgés. Ainsi, par exemple, seuls 28% des plus de 60 ans font la lessive, contre 64% des 30-59 ans.

Marleen Teugels souligne également que "le sondage révèle aussi que les hommes sont bien conscients qu’ils font trop peu le ménage."

Conclusion sur le baromètre

Marleen Teugels a souligné l’importance d’un tel exercice : " cela permet d’avoir une idée des mentalités actuelles. Quand on comprend mieux, on peut agir". [...] Mais il reste toutefois du chemin à parcourir. Au niveau du travail, mais aussi dans l’attribution des valeurs : l’aventure est associée aux hommes et les soins aux femmes. [...] Cela démontre une intériorisation du système patriarcal."

Aussi les combats féministes sont-ils toujours d’actualité, dans un contexte où la grande majorité des Belges pensent que les femmes et les hommes doivent avoir les mêmes droits et opportunités (87% des femmes et 82% des hommes), mais où seulement 26% des femmes et 13% des hommes se sentent féministes.

Plus d’information

  • Les résultats complets sur la thématique "tâches ménagères" sont à télécharger ici.
  • Retrouvez les articles sur la thématique travail et identité.

Le baromètre dans la presse

 [1]

[1] Cet article a été écrit par Carole Germani, bénévole à Amazone