Logo Printen Logo RSS logo facebook

L’activisme transféministe - Ensemble plus fort.e.s !

129. L'activisme transféministe - Ensemble plus fort.e.s !

Le 16 décembre 2015, a eu lieu une deuxième édition festive des rencontres bi-annuelles féministes pour les habitantes d’Amazone, afin de créer des ponts entre les associations et leurs luttes. Cette rencontre organisée par Amazone et Sophia, a porté sur l’activisme transféministe et les opportunités de synergies avec le mouvement des femmes. La rencontre a commencé par une présentation de l’activisme trans par Max, de l’association Genres Pluriels, puis deux personnes ont partagé leur expérience personnelle : Evie Embrechts, qui a évoqué le transféminisme, et Robin Van Royen qui a présenté la création de la liberté de genre.

Transactivisme et terminologie

L’après-midi a commencé par une introduction détaillée de l’activisme trans par Genres Pluriels. Max a présenté des concepts terminologiques, avec l’aide d’un extrait d’un documentaire intitulé Déshabillez-nous ces Messieurs Dames, qui présente une évolution majeure dans la conception de l’identité de genre mais sans toutefois remettre en cause la binarité homme/femme. Max a présenté 4 concepts bien distincts : l’identité de genre, le sexe, l’expression de genre et les préférences sexuelles. Il convient donc de parler non plus de genre mais des genres, ce qui inclut la réflexion sur les identités transgenres fluides.
Transgenre est un terme coupole qui désigne les personnes dont l’identité de genre est différente de celle assignée à la naissance ainsi que les personnes questionnant les identités psychosociales et les rôles sociaux communément associés aux genres binaires. Ceci concerne 2-3% de la population. Cisgenre est un terme coupole désignant les personnes dont l’identité de genre correspond au genre assigné à la naissance. Le terme intersexe concerne les personnes dont le sexe n’est pas clairement étiquettable comme « mâle » ou « femelle ». Le nombre de naissances avec intersexuation est évalué à entre 1 et 2% de la population, individus qui font encore parfois l’objet de chirurgies de réassignation. Max nous a montré un extrait de documentaire portant sur les personnes intersexuées.
Le terme de transsexuel est en revanche à bannir, car il est périmé, psychiatrique et pathologique. Le terme « sexuel » ne traduit pas la réalité de l’enjeu : il est question d’identité de genre, pas de sexe ni de sexualité. Le terme identité sexuelle est également à proscrire, car il mélange identité de genre, expression de genre et préférence sexuelle.

Limitations juridiques

Une personne transgenre ne change pas de sexe, mais modifie se rôle social. Ainsi, la souffrance qu’on associe parfois aux personnes transgenres n’est pas intrinsèque, mais provient des contraintes médicales, législatives et sociales.
En ce qui concerne les aspects juridiques, Max nous a montré un extrait de documentaire intitulé 34 pays en Europe font de ce cauchemar une réalité, qui présente les difficultés juridiques auxquelles sont confrontées les personnes transgenres quand elles souhaitent faire reconnaître leur statut juridique (changement de prénom ou de sexe dans leur état civil) : obligation de divorcer, de présenter un certificat de maladie mentale, de se faire stériliser, etc. Genres Pluriels lutte ainsi pour faire évoluer la loi belge de mai 2007, qui exige une attestation psychiatrique pour changer de sexe comme de prénom dans l’état civil, pour certifier que l’individu a la « conviction intime, constante et irréversible d’appartenir au sexe opposé à celui qui est indiqué dans l’acte de naissance et dont le corps a été adapté à ce sexe opposé ». Cette définition ne sort pas de la binarité de genre, exige une certitude constante qui n’existe pas forcément et nécessite d’avoir une attestation psychiatrique. Par ailleurs, la loi exige la stérilisation des personnes transgenres. Ces dispositions rentrent en contradiction avec les principales dispositions du droit international et européen : les principes de Yogyakarta et la résolution 2048 du Conseil de l’Europe.
Par la suite ont eu lieu des discussions passionnantes entre participant.e.s, qui ont porté sur des thèmes comme la création de la liberté de genre, les droits humains, la santé, le plaidoyer et l’activisme.

Genres Pluriels

Genres Pluriels réalise des permanences d’accueil et de soutien pour les personnes transgenres et intersexuées et met en place des groupes de parole. Elle réalise également un festival annuel « Tous les genres sont dans la culture », organise et participe à des ateliers, conférences, manifestations, etc. et coopère avec les associations LGBTQI et féministes.

Pour plus d’informations et participe


Cette article a été écrit en collaboration avec Carole Germani, bénévole à Amazone


Nieuwsberichten


Kalender

« September 2017 »
M D W D V Z Z
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1