Logo d'impression Logo RSS logo facebook

L’objectif 5 de l’Agenda 2030 sous l’œil du mouvement des femmes

L'objectif 5 de l'Agenda 2030 sous l'œil du mouvement des femmes

Le 25 Septembre 2015, les 193 pays de l’Assemblée générale des Nations Unies ont adopté l ’« Agenda 2030 pour le développement durable ». L’Agenda se compose de 17 objectifs et de 169 cibles sur les changements climatiques, le développement durable et la lutte contre la pauvreté et les inégalités. L’Objectif 5 de l’Agenda 2030 vise l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles dans le monde. L’ONG Le Monde selon les Femmes a publié une analyse sur cet objectif en février 2017. En Flandre, le Vrouwenraad a beaucoup œuvré pour faire en sorte que les droits des femmes et l’égalité de genre soient inclus dans les objectifs et la déclaration attenante. Shari Hinds (Université de Padoue), stagiaire à Amazone a présenté une vue d’ensemble de l’Objectif 5 dans un dossier en anglais. Tiffany Van den Abeele (VUB), également stagiaire à Amazone a traduit ce dossier vers le néerlandais.

Que prévoit l’Objectif 5 ?

L’égalité réelle entre femmes et hommes reste à ce jour un défi gigantesque pour tous les pays du monde. Qu’elle ne soit atteinte nulle part consiste un obstacle de taille pour le développement durable. C’est à partir de ce constat implacable que l’objectif 5 de l’Agenda 2030 a été élaboré.

L’Objectif 5 est composé de 6 cibles qui doivent être atteintes d’ici 2030 :

5.1 Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles

5.2 Éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et d’autres types d’exploitation

5.3 Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine

5.4 Faire une place aux soins et travaux domestiques non rémunérés et les valoriser, par l’apport de services publics, d’infrastructures et de politiques de protection sociale et la promotion du partage des responsabilités dans le ménage et la famille, en fonction du contexte national

5.5 Garantir la participation entière et effective des femmes et leur accès en toute égalité aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique

5.6 Assurer l’accès de tous aux soins de santé sexuelle et procréative et faire en sorte que chacun puisse exercer ses droits en matière de procréation, ainsi qu’il a été décidé dans le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement et le Programme d’action de Beijing et les documents finals des conférences d’examen qui ont suivi

5.a Entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes droits aux ressources économiques, ainsi qu’à l’accès à la propriété et au contrôle des terres et d’autres formes de propriété, aux services financiers, à l’héritage et aux ressources naturelles, dans le respect du droit interne

5.b Renforcer l’utilisation des technologies clés, en particulier l’informatique et les communications, pour promouvoir l’autonomisation des femmes

5.c Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives applicables en faveur de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à tous les niveaux et renforcer celles qui existent

L’élimination des formes de discriminations à l’encontre des femmes et des filles est non seulement une question cruciale de défense des droits fondamentaux, mais est aussi une condition essentielle pour parvenir à la paix, la prospérité, la durabilité et le développement des régions du monde.

Un égal accès des femmes et des hommes à l’éducation, aux soins de santé, à un travail décent, à la prise de décision politique et économique permettra la création d’une économie durable qui bénéficiera à la société dans son ensemble et à tous les individus.

Il a été maintes fois démontré que l’autonomisation des femmes et des filles produit des effets démultiplicateurs qui entraînent croissance et développement économiques. La pleine participation des femmes sur le marché du travail permettrait d’augmenter les taux de croissance nationaux de plusieurs points de pourcentage — de plus de 10 % dans de nombreux cas. Selon l’ONU, "chaque dollar investi dans les programmes de scolarisation des filles et dans l’augmentation de l’âge auquel elles se marient génère cinq dollars de croissance. Chaque dollar investi dans les programmes d’amélioration des activités génératrices de revenus pour les femmes génère sept dollars de croissance." [1]

Le Monde selon les Femmes et l’Objectif 5 : crédit et critique

Depuis 1986, le Monde selon les Femmes est une ONG féministe basée à Bruxelles. Elle est spécialisée dans les questions de genre, de relations Nord-Sud et de développement. En février 2017, le Monde selon les femmes a publié une analyse "L’Agenda 2030 et les objectifs du Développement durable februari 2017 publiceerde de ngo een analyse van de verschillende subdoelen van Doelstelling 5, getiteld : “L’agenda 2030 et les Objectifs du Développement Durable : « Transformer notre monde » ?, une grille de lecture féministe. Ce dossier examine chaque cible, en évalue les points forts et les limites et se conclut sur des recommandations globales. Voici un bref aperçu du dossier en un tableau récapitulatif.

Cibles (intitulés complets ci-dessus) Avancées stratégiques Limites
5.2 Élimination des formes de violence faite aux femmes et aux filles Les multiples formes de violence faites aux femmes et aux filles sont reconnues tant dans la sphère publique que privée. Aucune planification ni moyen d’implémentation ne sont prévus.
5.3 Élimination des pratiques traditionnelles nocives
5.4. Valorisation des soins et travaux domestiques non rémunérés Reconnaissance du travail non rémunéré des soins et des travaux domestiques "En fonction du contexte national" limite voir annule cette avancée stratégique.
5.6. Accès de tous aux soins de santé sexuelle et procréative L’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive est lié à l’accomplissement des Programmes d’action du Caire et de Pékin. La question des DROITS reproductifs et sexuels n’est pas prise en compte. Le droit à la contraception et le droit à un avortement sûr ne sont pas revendiqués. En outre, il n’y a rien sur les droits des personnes LGBTQI+
5.a. Entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes droits aux ressources économiques Fondamental pour l’émancipation et l’autonomie des femmes, surtout les femmes du Sud La prise en compte des lois nationales peuvent limiter l’ampleur des réformes à entreprendre et soulève une nouvelle fois la question du relativisme culturel.

Le Vrouwenraad

En Flandre, le Vrouwenraad a travaillé activement pour faire en sorte que les droits des femmes et l’égalité entre les sexes soient inclus dans les objectifs et la Déclaration de l’Agenda 2030. Leur dossier spécial de 56 pages très complet vous informera de leurs travaux :
"Agenda 2030 uitvoeren in Vlaanderen : de Duurzame Ontwikkelingsdoelen en gender : richtwijzers en aanbevelingen voor het beleid"
Voir aussi cet article sur notre site web.