Logo d'impression Logo RSS logo facebook

Loud and United à Bruxelles : les organisations de femmes appellent à "une révolution"

Loud and United à Bruxelles : les organisations de femmes appellent à "une révolution"

"Une révolution et pas une réforme". C’est avec ce mot d’ordre que se sont quittées les 350 expertes, professionnelles et militantes des droits des femmes de toute l’Europe ce jeudi après-midi. Elles s’étaient rassemblées à l’initiative du Lobby européen des femmes sous le slogan Loud and united pour discuter des violences faites aux femmes.

Ces événements marquent le 20ème anniversaire de l’Observatoire créé par le Lobby pour surveiller les engagements pris par les Etats membres de l’UE après la Conférence de Beijing sur les droits des femmes en 1995. En tant qu’organe politique, l’Observatoire s’assure que la violence contre les femmes et les filles garde une place élevée dans l’agenda politique et que les responsables respectent leurs engagements. Ce fut notamment grâce à son Observatoire que le Lobby a publié les premières données européennes sur la violence domestique en 1999.

«  Nous sommes loin d’une Europe où toutes les femmes et les filles peuvent mener une vie sans violence. 1 femme sur 3 est victime de la violence masculine dans sa vie. 50 femmes la subisse tous les jours en Europe. Un homme viole une femme toutes les 8 minutes. Les femmes et les filles sont prises au piège dans les marchés de la prostitution, sont victimes de mutilations génitales féminines, et font face tous les jours au harcèlement de rue. Toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles ont le même objectif : faire taire les femmes, les garder dans une position subordonnée et maintenir des rôles hiérarchiques entre les femmes et les hommes », explique Edith Schratzberger-Vecsei, Présidente du Lobby.

Un vrai changement

« Même si nous reconnaissons des progrès, nous demandons aujourd’hui à l’Europe de ratifier, mettre en œuvre et d’investir la Convention d’Istanbul, tout en reconnaissant et en tirant parti de l’expertise des organisations de femmes. La violence contre les femmes et les filles se produit tous les jours, partout. C’est une question européenne, cela nécessite une réponse européenne. Et cette réponse ne peut pas être juste une réforme, il faut apporter des changements réels » , explique Iliana Balabanova-Stoicheva, Vice-Présidente du Lobby.

Le Lobby européen des femmes invite les représentant.e.s des différentes institutions européennes à montrer comment ils/elles s’engagent à lutter contre la violence des hommes et comment ils intègrent cette question et son impact dans tous les domaines de la politique européenne.

Les organisations de femmes au cœur du changement

Selon le Lobby, une organisation qui regroupe les organisations de femmes de toute l’Europe depuis 25 ans, les premiers résultats contre ces violences sont le fait des organisations de femmes et du courage des victimes et des survivantes qui ont brisé le silence.

«  Il est faux de dire que nous ne parlons pas. La réalité, c’est que nos voix ne sont pas entendues et pas évaluées de façon égale. Voilà pourquoi la violence contre les femmes est une question politique. Seul.e.s ceux qui veulent maintenir les inégalités et l’injustice entre les sexes ont quelque chose à perdre quand la violence masculine est abolies et les mentalités sont déplacées », dit Fiona Broadfoot, survivante de l’industrie du sexe et fondatrice du projet "Construire une fille" au Royaume-Uni.

Hommage à la résilience, la force et la solidarité, avec l’icône féministe Gloria Steinem

La militante féministe mondialement reconnue Gloria Steinem a rejoint l’événement et était présente à la manifestation de ce jeudi soir. Elle était en marche dans les rues de Bruxelles avec les organisations de femmes pour demander des actions concrètes et des changements réels. Ce moment de solidarité envoie un signal important à l’Union européenne au sujet de l’engagement des organisation des femmes. Elles continueront à plaider pour une Europe libre de toutes les formes de violence masculine envers les femmes et les filles.

« Plus que la pauvreté, les ressources naturelles, la religion ou le degré de la démocratie, la violence contre les femmes est le facteur prédictif le plus fiable pour savoir si une nation sera violente en elle-même ou utilisera la violence contre un autre pays - et la violence de genre est devenue si importante que, pour la première fois, il y a maintenant moins de femmes que d’hommes sur terre », dit Gloria Steinem.

« La violence contre les femmes et les filles ne sont pas accidentelles, elle est structurelle. Cela dépend de nous tous. Laissez-nous briser le silence et l’indifférence ! », dit Edith SchratzbergerVecsei, alors que les manifestantes lèvent la main et slogans et partager des chansons sous la devise Loud & United.

Toutes les photos du rassemblement LoudUnited