Logo d'impression Logo RSS logo facebook

SAVE THE DATE : Journée Portes Ouvertes à Amazone

Lundi 25 septembre 2017 17:00-21:00 | Rue du Méridien, 10, 1210, Saint-Josse
SAVE THE DATE : Journée Portes Ouvertes à Amazone

Ce 25 septembre, l’ASBL Amazone vous ouvre ses portes pour vous présenter plusieurs de ses projets.

L’événement sur Facebook

PROGRAMME

17h : lancement du Fonds Les Amies d’Amazone en présence d’Isabelle Durant et de Miet Smet. Présentation d’Art’mazone et de Amazone 2.0.

19h : vernissage de l’exposition "A Corps Perdu" dans le cadre du projet Art’mazone.

Tout au long de la soirée, il vous sera également possible de tirer à l’arc dans notre jardin, comme un.e vrai.e Amazone ! On amène les flèches, vous amenez votre dextérité !

SUR ART’MAZONE

En partant du constat que les femmes ne représentent toujours que 10 à 20 % des artistes exposés, les expositions Art’mazone visent à soutenir les femmes artistes en portant une attention particulière à leur position et leur représentation dans le milieu des arts. Trop souvent restées dans l’ombre, elles trouvent à Art’mazone un lieu d’expression de leur créativité.

SUR L’EXPOSITION "A CORPS PERDU"

Pour cette quatrième édition, Art’mazone est fière et heureuse de vous présenter l’exposition « A Corps Perdu ». À partir du 25 septembre 2017, et ce, jusqu’au 12 décembre 2017, les femmes artistes prennent possession des couloirs d’Amazone et y exposent leur travail.

Ophélie Longuepée, Marie Mons, Elodie Claus, Laurence Dufay et Lissa Gasparotto exposent leurs œuvres et nous propose une balade autour du corps et de sa représentation. Qu’est-ce que le corps pour nous ? Que représente-t-il et quelle importance a-t-il dans notre société ? Les artistes posent un regard sur sa représentation et joue avec le corps jusque dans ces déformations.

Plus d’information : c.wernaers@amazone.be

LA SCULPTURE D’UN CLITORIS DE 2 MÈTRES EXPOSÉE A AMAZONE

Tout au long de l’exposition "A Corps Perdu", le jardin d’Amazone accueillera la sculpture "Clitoriz soufflé" de l’artiste belge Laurence Dufaÿ. La sculpture, faite de mousse expansive, mesure environ 2 mètres et demi. « Présenté comme un objet mystère à sortir de l’invisibilité, cette pièce souhaite dénoncer l’« excision intellectuelle », dévoilée par Odile Buisson, gynécologue parisienne. L’aspect « monstrueux » de ma pièce évoque la peur du plaisir féminin. La sculpture s’impose en effet de manière ludique par sa taille et sa texture exubérante », explique l’artiste qui souhaite faire mieux connaitre cet organe, le seul uniquement dédié au plaisir.

C’est la toute première fois que la sculpture sera exposée !