Logo d'impression Logo RSS logo facebook

Pékin et les femmes

Logo - World Conference on Women (UN)A l’issue la 4e Conférence mondiale sur les femmes qui a eu lieu à Pékin en 1995, ont été adoptées la Déclaration et la Plate-forme d’Action de Pékin. Elles énoncent les objectifs stratégiques et les actions à mettre en œuvre afin d’améliorer la condition des femmes partout dans le monde. Ces actions doivent cibler douze domaines d’intervention qui ont été identifiés comme entravant la promotion des femmes : les femmes et la pauvreté ; l’éducation et la formation des femmes ; les femmes et la santé ; la violence à l’égard des femmes ; les femmes et les conflits armés ; les femmes et l’économie ; les femmes, le pouvoir et la prise de décision ; les mécanismes institutionnels pour la promotion des femmes ; les droits humains des femmes ; les femmes et les médias ; les femmes et l’environnement ; et les fillettes.
La Plate-forme d’Action de Pékin constitue la base des évaluations de la situation des femmes dans les Etats membres des Nations Unies. Ces évaluations ont lieu tous les cinq ans par la Commission on the Status of Women des Nations Unies : en 2000 (Pékin+5), 2005 (Pékin+10) et 2010 (Pékin+15). Ce dossier rend compte de la façon dont les évaluations ont été préparées et des résultats qu’elles ont fournis.

Pékin : un engagement longue durée pour la promotion des femmes

Lors de la création des Nations Unies, en 1945, la lutte pour l’égalité entre les sexes était encore balbutiante. Seuls trente, des cinquante-et-un premiers Etats Membres de l’Organisation, accordaient aux femmes les mêmes droits de vote qu’aux hommes ou les autorisaient à travailler dans l’administration publique. Au cours des trois décennies qui suivirent, le travail des Nations Unies relatif aux femmes fut principalement consacré à la codification de leurs droits juridiques et civils ainsi qu’à la collecte d’informations sur leur statut dans le monde. Avec le temps, il devint toutefois de plus en plus évident que les lois, en elles-mêmes et comme telles, ne suffisaient pas à garantir aux femmes des droits égaux à ceux des hommes.

En 1975 (l’Année internationale de la femme) à Mexico, la première Conférence mondiale des femmes sonnait le coup d’envoi à la ’Décennie pour la femme’ (trois conférences mondiales des femmes entre 1975 et 1985 : 1975 - Mexico, 1980 - Copenhague et 1985 – Nairobi). Ces trois Conférences mondiales sur les femmes organisées par les Nations Unies ont été le moyen de placer la question de l’égalité entre les sexes au coeur de l’agenda mondial. Elles ont permis de grouper la communauté internationale autour d’un ensemble d’objectifs communs, assorti d’un plan d’action effectif pour la promotion générale des femmes, dans toutes les sphères de la vie publique et privée.

C’est la 4e Conférence mondiale des femmes à Pékin en 1995, qui a surtout permis à la question de l’égalité entre les hommes et les femmes d’acquérir une visibilité significative pour les Nations Unies. Promouvoir les droits des femmes, identifier les principaux obstacles à l’amélioration de leur situation dans le monde d’une part, et de l’autre, les mesures nécessaires pour les surmonter sont devenus les objectifs prioritaires de la Plate-forme d’Action de Pékin, associés au développement et à la paix.


Pékin + 15

Beijing+15La 54e session de la Commission de la Condition de la femme s’est tenue au sein des Nations unies du 1er au 12 mars 2010 , dans le but d’examiner et d’évaluer la Plateforme d’action de Pékin et la mise en application de ses 12 domaines d’action quinze ans après la tenue de la 4e Conférence mondiale sur les femmes. L’accent fut porté sur le partage d’expérience et de bonnes pratiques en vue de faire coïncider la mise en oeuvre de la Plate-forme d’Action avec la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.


Liens


Documents