Female symbols and urban space

L’espace public (urbain) appartient aux hommes et aux femmes de façon égale. Mais les femmes, s’y sentent-elles vraiment les bienvenues ? Quant à l’espace public digital, pourrait-il ouvrir de nouvelles perspectives ? Avec l’aide de equal.brussels l’asbl Amazone a réalisé un projet autour de ce thème. « Female symbols and urban space » était composé de 3 parties : une étude bibliographique, une exposition et une après-midi d’étude! Vous trouvez les résultats de ce projet par les liens ci-dessous.

Partie 1. L’étude bibliographique

La recherche bibliographique a abouti à la compilation d’une bibliographie de littérature scientifique sur la valeur ajoutée de l’attention aux femmes, à l’égalité de genre et à la diversité dans la conception des villes et de l’espace public (le «corpus») et de 2 annexes.

Le contenu de chaque référence est clarifié via un résumé (dans la langue de l’article, NL / FR / EN) et dans la plupart des cas un lien a été fourni vers la version en ligne de l’article et/ou de la publication.

Si la version en ligne n’est pas disponible, les informations peuvent être consultées et/ou demandées via le Centre de documentation Amazone, un centre d’information spécialisé sur l’égalité de genre en Belgique.

Dans cette bibliographie de 56 p. vous trouvez des articles scientifiques et publications d’auteur.e.s renommé.e.s sur 4 thématiques :

1. Egalité de genre et diversité dans la planification de la ville et l’espace publique

2. Présence symbolique des femmes et diversité dans l’espace publique

3. Femmes et sexisme en milieu urbain

4. Les femmes dans l’espace publique virtuel.

Cette annexe est une compilation de travaux pratiques réalisés pour accroître la présence féminine et la diversité (de genre) dans l’espace public (26 p.). Vous y trouverez des références à des projets très intéressants sur la place des femmes dans l’espace public en Belgique et à l’étranger, des partenariats et de bonnes pratiques inspirantes (podcasts, documentaires, projets artistiques et culturels, associations).

Cette annexe (36 p.) ouvre les yeux à quiconque recherche des informations sur la théorie féministe et queer autour de la question de la place et de la valeur ajoutée de la mixité dans l’espace public (urbain) avec une attention particulière à la perspective des arts de la scène.

Vous pouvez scanner ces bibliographies par les QR-codes suivants :

Corpus
Bonnes  pratiques     
       

 

 

Arts du spectacle


Partie 2. L’exposition

Dans l’exposition, vous trouverez les œuvres de 13 artistes féminines. Les oeuvres ont ont été sélectionnées en réponse d’un appel distribué vers d’étudiant.e.s et d’ancien.ne.s élèves des écoles d’art. Les curatrices de cette exposition sont Hermès Roland (Université Libre de Bruxelles) et Els De Vos (Université d’Anvers). Elles ont contribué au catalogue de l’exposition et ont permis d’introduire l’exposition lors du vernissage le 17 septembre 2020. Lisez   l’introduction excellente réalisée par Hermès Roland.

Trois lauréat.e.s et un.e lauréat.e «hors catégorie» ont été sélectionné.e.s. 

  • lauréate « hors catégorie »: ODC Ensemble avec « Traces of Antigone » (play)
  • 1ère lauréate: Clyde Lepage avec « La position des coudes » (performance + photos)
  • 2ème lauréate: Marie Bertrand avec « Noises I couldn’t hear »  (vidéo)
  • 3ème lauréate: Manon Deschacht avec « Le harcèlement des femmes en rue (Collection automne-hivers 2020-2021) »  (collection de vêtements)

L’exposition aura lieu au sein de la Maison Amazone, rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles. Elle est librement accessible les jours ouvrables entre 9 heures du matin et 16 h. jusqu’au 28 janvier 2021 et pendant les nocturnes mensuelles du dernier jeudi d’octobre, novembre et janvier et le 17 décembre 2020 (entre 18h et 20h), si les mesures Corona le permettent. Vous y êtes les bienvenue.e.s !

L’exposition est accessible aux personnes à mobilité réduite. Vous pouvez vous rendre à Amazone en train (Bruxelles Congrès – Bruxelles Nord – 15 minutes à pied), par métro (via la ligne 2 – arrêt Madou et ligne 6 – arrêt Botanique) et par tram (via les lignes 92 et 93 – arrêt Botanique) ). Il y a un parking à vélos dans notre cour. Si vous venez en voiture, vous pouvez vous garer dans l’une des 16 places visiteurs de notre parking souterrain.

Impatient.e de la découvrir ? Jetez déjà un coup d’oeil sur le catalogue en ligne de l’expostion.Vous pouvez aussi le scanner par le QR-code ci-dessous :

Female symbols and urban space: catalogus = catalogue

 


Partie 3. L’après-midi d’étude

La troisième partie du projet impliquait une après-midi d’étude qui a eu lieu le 17 septembre. Les intervenant.e.s ont abordé le thème «Présence symbolique des femmes et diversité (de genre) en milieu urbain» sous différents angles, à savoir:

  • ​​La possibilité de c​onstruire une présence symbolique de la diversité (de genre) dans l’espace public en vue d’une plus grande inclusion, comme un défi des relations de pouvoir existantes (Petra Meier) ;
  • Les enjeux du travail avec les collectifs politiques à travers l’application d’une approche de plateforme et la création d’une agora à travers laquelle les «savoirs situés» peuvent être intégrés dans l’organisation de l’espace public (Liesbeth Huybrechts) ;
  • Le droit à la ville en tant que revendication féministe et l’importance de prendre conscience de l’idéologie des deux sphères, privée (pour les femmes) et publique (pour les hommes) qui jette une ombre durable et culturellement déterminée sur l’approbation de l’espace public (Hilde Heynen) ;
  • La nécessité d’intégrer le genre dans l’urbanisation contemporaine, à la fois à partir d’une approche stratégique et à partir des besoins pratiques inspirés par les béguinages, en tant que bonne pratique dans le domaine de l’autonomisation des femmes (Apolline Vranken);
  • Les possibilités offertes par les nouvelles technologies telles que les open (linked) data pour cartographier les biais sexistes mais aussi pour y remédier immédiatement (Manon Brulard);
  • La suggestion de contrer la souillure de l’espace public par la publicité sexiste et de suivre le bon exemple de quelques grandes villes qui optent pour une solution drastique et interdisent immédiatement toute publicité sexiste en provenance des centres-villes (Corine Van Hellemont) ;
  • L’analyse approfondie de la valeur ajoutée d’une réponse ouverte et claire aux commentaires et aux actions hostiles aux femmes dans la lutte contre le sexisme (Patricia Melotte).

Vous pouvez trouver le programme complet, avec les résumés des conférences et une brève explication biographique des orateurs dans ce document. Envie de revivre l’après-midi d’étude ? Regardez alors le live streaming ou cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo !

« Female symbols and urban space » était soutenu par