Logo d'impression Logo RSS logo facebook

Remplacement de la chaîne télé JIM pour les jeunes par une chaîne télé spéciale garçons

Remplacement de la chaîne télé JIM pour les jeunes par une chaîne télé spéciale garçons

En Flandres, dès les vacances de Noël, Medialaan va remplacer sa chaîne de télévision JIM pour la jeunesse par une nouvelle chaîne télé dédiée aux garçons de 8 à 12 ans. Amazone, carrefour de l’égalité de genre, déplore cette initiative qui laisse aux enfants peu de possibilités de choix.

Selon la professeure Sofie Van Bauwel, cette spécialisation sexuée dépend des intérêts financiers de Medialaan qui veut d’abord vendre de l’espace publicitaire. Quant aux bénéfices que les garçons et les filles peuvent en retirer, rien n’est moins sûr...

La nouvelle chaîne pour les garçons diffusera des dessins animés étrangers à succès comme « Transformers », « Pokemon », « Power Rangers », ainsi que des émissions sur le sport, les voitures et les jeux. Ceci sous-entend à la fois que les filles se désintéressent de ce type de programmes et que les garçons sont uniquement intéressés par ces sujets. La recherche a pourtant montré depuis longtemps qu’une telle division sexuée et les présuppositions sur lesquelles se base cette division — les garçons aiment l’action et les jeux de construction, les filles aiment les princesses et prendre soin d’autrui — « performent » le genre (J. Butler), de surcroît à un âge précoce. Autrement dit, ces présuppositions sont également des prescriptions.

Van Bauwel souligne que ce positionnement stratégique de la chaîne est avant tout orienté vers le marché en vue d’attirer les annonceurs. Or, selon les exigences de responsabilité sociale des entreprises, Van Bauwel considère que les annonceurs doivent eux aussi contribuer à la lutte contre les stéréotypes de genre. Cette chaîne pour garçons représente en outre pour Van Bauwel une occasion manquée, à l’heure où même le géant Amazon a rendu son département de jouets neutre du point de vue du genre [1]. Garçons et filles doivent être en mesure de faire leur propre choix. Vouloir ranger les personnes dans des boîtes limite leur développement individuel. Mais tomber dans la dichotomie sexuée nuit aux individus mais est également contre-productive à long terme pour l’ensemble de la société.

Des études académiques ont mis en exergue que les choix opérés par les filles et les garçons entre 12 et 14 ans sont décisifs dans la poursuite de leurs études et plus tard dans leur carrière professionnelle. Ainsi, cette fiche [2] montre que dans l’enseignement professionnel, les jeunes filles s’orientent davantage vers les soins de santé et le bien-être, tandis que les garçons préfèrent des secteurs comme la construction par exemple. Dans l’enseignement supérieur, on observe les mêmes tendances. En 2015, on compte seulement 14,5% [3] de personnel enseignant masculin dans les écoles primaires flamandes. En 2014, 18% [4] d’étudiantes flamandes ont décroché un diplôme en sciences appliquées.

Il est donc ici clairement question de choix d’études et de profession sexué, que l’on peut directement lier à la socialisation de genre à laquelle les enfants sont confrontés dès leur plus jeune âge.

[1] Du moins dans les options de recherche en ligne, pas dans l’offre de jouets et jeux. Voir Bologna C. (May 7th, 2015). « Amazon Removes ’Boys’ And ’Girls’ From Toy Categories », The Huffington Post. [Online]. http://www.huffingtonpost.com/2015/....

[2] RoSa, Gender in het Secundair Onderwijs per onderwijsvorm en per studierichting, Schooljaar 2013-2014.

[3] Source : Voorpublicatie Statistisch jaarboek van het Vlaams onderwijs - schooljaar 2014-2015.

[4] Source : idem.


Nouvelles


Calendrier

« décembre 2018 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6